Storyt’elles a eu le plaisir d’assembler, en mots et en images, le récit d’une grande aventure industrielle. Une histoire de pionniers qui s’ancre dans trois siècles de Nouvelle-France et trois décennies de “Made in France”. Chapitres choisis.

 

BOMBARDIER TRANSPORT C’EST…

DANS LE MONDE

  • Une présence dans 60 pays
  • Plus de 60 000 véhicules en service
  • 7,8 Mds€ de CA en 2018, dont 62 % réalisés en Europe et
  • 40 000 salariés dont 63 % en Europe
  • Un siège mondial à Berlin


    EN FRANCE

  • 813 M€ de CA en 2018
  • 2000 salariés dont 500 ingénieurs et cadres
  • Plus de 1500 trains en circulation : AGC, Francilien, OMNEO/Regio 2N…
  • Un centre international de compétence pour les trains à deux niveaux
  • 1 million d’heures de production chaque année
  • 3 emplois indirects et induits générés par 1 emploi chez Bombardier
  • 400 fournisseurs dont 75 % sont français.
  • Premier industriel à obtenir le label Origine France Garantie pour deux trains.
  • Trois siècles de générations Bombardier au Québec

    Nous sommes en 1700 quand André Bombardier, originaire de Lille, débarque comme soldat au Québec, pour fonder la « Nouvelle France ». Son patronyme, il le tient de la petite arme portative qu’il conserve toujours avec lui, la bombarde.

    Vaillantes, les générations de Bombardier laissent peu à peu leurs empreintes dans les neiges de la région montréalaise, jusqu’à l’ouverture, en 1926, du premier garage créé par Joseph-Armand Bombardier.

    Hiver 1934. Confronté à la mort de son fils, qui ne peut être acheminé à l’hôpital pour cause de routes impraticables, ce passionné de mécanique met au point la première autoneige dont le brevet est déposé en 1936. S’en suivra le succès des scooters des neiges « skidoo » dès 1959.

    Durant les décennies suivantes, la société Bombardier, sous l’impulsion de Laurent Beaudoin, capitaine d’industrie engagé et visionnaire, opère un développement stratégique et volontariste dans les transports et la mobilité.

    Le Groupe québécois investit ainsi progressivement les secteurs du ferroviaire (métros, tramways, trains…), des loisirs (motos-neige, motos marines, bateaux…) et de l’aéronautique (avions régionaux, biréacteurs d’affaires, rachat de Canadair…).

    C’est ainsi qu’à partir d’un petit garage créé dans les années 20 par un ingénieux descendant du Lillois, Bombardier est devenu, en quelques décennies, un leader mondial de l’industrie du transport, une multinationale familiale actuellement incarnée par 40 000 salariés et implantée dans 60 pays, dont la France depuis 1989.

    Les Ateliers du Nord de la France : un siècle de tradition ferroviaire

    En décembre 1989, Bombardier s’implante dans l’Hexagone, en achetant les Ateliers de construction du Nord de la France (ANF). Ce site, à Crespin et à Blanc-Misseron, une dizaine de kilomètres de Valenciennes, s’inscrit aussi dans une longue histoire ferroviaire.

    Les ANF, créés en 1882 par une dizaine d’industriels belges et français, ont effectivement construit un savoir-faire industriel hors normes et surmonté bien des épreuves dont de violents bombardements et démantellements allemands pendant les deux Guerres mondiales.

    Mais tel un phénix, ils renaissent, créent des partenariats, rachètent des unités et se diversifient jusqu’à atteindre 3500 salariés. Ils fournissent alors plusieurs compagnies de chemins de fer, en France et à l’étranger : locomotives, voitures passagers, wagons et bien d’autres équipements ferroviaires, dont les bogies qui caractérisent déjà leur expertise.

    Mais dans les années 1980, confrontés à une baisse historique des commandes de la SNCF, les ANF voient chuter leurs résultats financiers et doivent se séparer d’un millier de salariés.

    La région, qui subit la désindustrialisation, en est très affectée. Propriétaire depuis 1983, le Groupe AXA accepte alors la proposition de rachat par Bombardier du 2eme acteur français de l’industrie ferroviaire française, derrière le GEC Alstom.

    À Crespin, une communauté de personnes travaille ensemble avec une foi et un enthousiasme admirables, parfois depuis plusieurs générations. Elles incarnent et animent merveilleusement, avec l’ensemble de nos partenaires et fournisseurs, un écosystème précieux pour la vitalité industrielle régionale.”

    30 ans de présence dans le Nord de la France

    En trois décennies, la success story québécoise va inspirer et booster l’industrie ferroviaire des Hauts-de-France, devenant peu à peu un modèle de réussite à la française.

    De générations en générations, grâce à la mobilisation des compétences et des talents, Bombardier France, qui ne peut compter que sur ses propres investissements et son esprit d’innovation, va progressivement devenir le premier site industriel ferroviaire français avec plus de 2000 salariés sur le seul site de Crespin.

    Un site unique en France où s’inventent et se fabriquent les trains, de A à Z.

    Ces investissements humains, technologiques et financiers ont permis à l’industriel de décrocher 30 ans de contrats emblématiques, dont certains en partenariat avec Alstom : navettes Transmanche (avec renouvellement), AGC (autorail articulé à grande capacité), Francilien, Omnéo-Regio 2N, RER Nouvelle génération, Nouveau Métro MF 19.

    Cerise sur le gâteau : en janvier 2019, Bombardier est le premier acteur ferroviaire à remporter la certification « Origine France » décernée par le bureau Veritas et l’association Pro France, pour son Francilien et son OMNEO/Regio 2N intégralement construits dans l’hexagone.

    Pour l’entreprise, il s’agit enfin de la reconnaissance officielle d’un ancrage valenciennois dont elle est fière ; la confirmation de son rôle de locomotive économique dans les Hauts-de-France, région où elle est l’un des principaux employeurs et une fierté industrielle.

    Le site de Crespin est également le centre d’un écosystème de fournisseurs, d’artisans ou de commerces majoritairement français. Pour un emploi créé chez Bombardier, ce sont en général trois autres qui sont créés dans son environnement économique.

    Cette spécificité a doublement été reconnue les 18 et 19 janvier 2020, quand Bombardier a été sélectionné par l’Elysée pour participer à la grande exposition Fabriqué en France parmi les 120 autres fabricants reconnus pour leur excellence française.

    Un leader qui conserve la culture du pionnier

    L’histoire économique de Bombardier conjuguée à celle des ANF raconte le parcours d’un visionnaire audacieux, tenace et résilient. Un leader sans cesse challengé, compétiteur ou partenaire, qui ne s’est jamais endormi sur ses lauriers.

    De fait, le site des Hauts-de-France a su démontrer depuis plus d’un siècle, sa capacité à transformer les successions d’épreuves (humaines, techniques, financières et concurrentielles) en successions de succès, insufflant ainsi du sens aux difficultés ; fondant sa raison d’être sur un dépassement permanent. Pour ces équipes, jamais il ne s’agit d’aller au plus facile ou au plus rapide mais d’oser dépasser les exigences exprimées pour proposer mieux ou non encore imaginé.

    BOMBARDIER-STORYT’ELLES POUR UNE MISE EN MÉMOIRE :

    outre le storytelling complet de Bombardier en France et au Québec (versions courte et longue), le dossier de presse, la compilation de toutes les dates clés, Carole Galland et Pascal Sebbag ont élaboré le diaporama-photo légendé des grandes étapes et un wording des valeurs du Groupe.

    « Depuis 30 ans, nous ne fabriquons pas des trains d’ingénieurs mais des solutions ingénieuses. Des produits et services créateurs de valeurs, pensés de A à Z pour les voyageurs et les opérateurs. Notre motivation première : transformer un voyage subi en un voyage rêvé. Trouver des idées lumineuses reste notre adrénaline. Nous sortons des zones de confort, nous cassons les codes et nous nous réinventons en permanence. Bombardier c’est la vision d’un capitaine d’industrie qui conserve l’esprit des startups, commente d’ailleurs Laurent Bouyer, Président de Bombardier France et Benelux.

    Année après année, Bombardier a imaginé et fabriqué des trains appréciés des voyageurs. Des trains qui sont devenus une référence respectée et suivie par le marché en matière de modularité, capacité d’accueil, lumières (premier éclairé en 100 % LED), confort, fiabilité, chauffage, applications embarquées, sécurité, esthétique, design, etc.

    Centré sur l’expérience et le confort, chaque voyage est pensé dans ses moindres détails. Côté ingénierie, tout est anticipé et pensé pour une meilleure accessibilité et fluidité.

    Au-delà de la conception et de la fabrication, Bombardier France s’est également développé dans une offre de services, telles la maintenance prédictive, la gestion de flotte ou la rénovation de l’existence. Compétences appréciées des exploitants.

    Peu à peu, la division des services de Bombardier Transport est ainsi devenue un chef de file mondial en matière de services d’exploitation et de maintenance, de réparation et de modernisation des matériels roulants tout au long de leur cycle de vie. Les projets de rénovation prolongent la durée de vie des matériels roulants, tout en renforçant leurs performances écologiques et technologiques et en améliorant l’expérience passager. Avantages pour les opérateurs : une meilleure maintenabilité, une efficacité énergétique améliorée, un confort et une sécurité accrues pour les usagers.

    “Depuis 30 ans, nous ne fabriquons pas des trains d’ingénieurs mais des solutions ingénieuses. Des produits et services créateurs de valeurs, pensés de A à Z pour les voyageurs et les opérateurs. Notre motivation première : transformer un voyage subi en un voyage rêvé. Trouver des idées lumineuses reste notre adrénaline. Nous sortons des zones de confort, nous cassons les codes et nous nous réinventons en permanence. Bombardier c’est la vision d’un capitaine d’industrie qui conserve l’esprit des startups”, commente d’ailleurs Laurent Bouyer, Président de Bombardier France et Benelux.

    Atouts stratégiques pour le futur ferroviaire

    Si son rachat par Alstom est autorisé par Bruxelles sous condition depuis fin juillet 2020, les modalités financières d’une construction possible du numéro 2 mondial du rail sont en cours de rediscussion.

    Quoiqu’il arrive, parions que Bombardier France conservera son identité innovante et ses projets visionnaires.

    Parmi eux, le projet à batteries zéro émission. L’enjeu : verdir le parc diesel français constitué d’un millier de trains diesel (qui roulent sur les 48 % du réseau ferré français non électrifié) dont 488 AGC. En plus d’offrir un rendement largement supérieur à la technologie des trains à hydrogène, cette technologie présente de nombreux atouts : réduire les émissions de gaz à effet de serre, la pollution sonore, les consommations d’énergie et éviter des électrifications coûteuses tant sur le plan des infrastructures que de la maintenance. Ce challenge est d’autant plus accessible que les AGC, dont certains arriveront prochainement à mi-vie, présentent une conception modulaire et une architecture favorable à une possible reconversion.

    Autre projet visionnaire : le train autonome développé en lien avec la SNCF et de nombreux autres partenaires. Une histoire probablement riche de succès et probablement d’obstacles. Pour autant, le Président de Bombardier France-Benelux s’affiche confiant : « Depuis toujours chez Bombardier, les épreuves renforcent notre détermination ».

     

    Mise en mots et en icono par Carole Galland et Pascal Sebbag.